in

Qu’est-ce que le nouveau système d’alerte sur les droits d’auteur et comment cela vous affecte-t-il?

Le nouveau système d’alerte aux droits d’auteur, également connu sous le nom de système «Six Strikes», marque le début des FAI aux États-Unis qui tentent de contrôler l’utilisation d’Internet par leurs abonnés. Les «punitions» comprennent des alertes de plus en plus sévères, la limitation de la bande passante et la restriction de l’activité de navigation.

Maintenant que la poussière a commencé à se déposer, examinons exactement ce que font les FAI et ce que cela signifie pour vous.

Mettre à jour: FAI a mis fin au système d’alerte sur les droits d’auteur en janvier 2017. La MPAA a déclaré que le système n’avait pas réussi à traiter les «récidivistes inconditionnels».

Qu’est-ce que le nouveau système d’alerte sur les droits d’auteur?

Le système d’alerte sur les droits d’auteur a été élaboré pendant trois ans. Après plusieurs retards, les fournisseurs d’accès Internet ont commencé à le déployer auprès de leurs clients en février 2013.

Le système d’alerte sur les droits d’auteur n’est pas un programme mandaté par le gouvernement. Il s’agit d’un projet privé organisé par le «Center for Copyright Information», dont les membres comprennent la MPAA, la RIAA, Comcast, Time Warner Cable, Cablevision, AT&T et Verizon.

Le Centre d’information sur les droits d’auteur explique le nouveau système d’alerte sur les droits d’auteur comme un programme «éducatif» destiné aux téléchargeurs occasionnels. L’objectif est ostensiblement d’éduquer les Américains sur les moyens légaux et approuvés d’accéder au contenu et de décourager le piratage de celui-ci. La CCI explique leur système dans une vidéo YouTube:

Surveillance des essaims BitTorrent contrevenants

BitTorrent lui-même ne fournit aucune confidentialité. En raison du fonctionnement de BitTorrent, tout le monde télécharge un fichier depuis BitTorrent télécharge également des morceaux du même fichier vers d’autres téléchargeurs. Une organisation nommée MarkMonitor surveille les personnes téléchargeant du contenu contrefait à partir de trackers BitTorrent publics.

Plus spécifiquement, MarkMonitor se connecte à des torrents contenant du contenu de contrefaçon connu situé sur des trackers BitTorrent publics, tels que le toujours populaire Pirate Bay. MarkMonitor tente de télécharger le contenu contrefait d’autres pairs de l’essaim et, s’il parvient à télécharger des éléments du contenu avec succès, il transmet l’adresse IP au fournisseur de services Internet de l’utilisateur. Le FAI est alors responsable de la notification à l’abonné.

À l’heure actuelle, il semble que les FAI n’utilisent pas l’inspection approfondie des paquets ou d’autres technologies pour trouver du contenu piraté. Le système d’alerte aux droits d’auteur, dans sa forme actuelle, est uniquement destiné aux personnes téléchargeant du contenu contrefait situé sur des trackers BitTorrent publics.

Alertes sur les droits d’auteur

Lorsqu’un FAI participant reçoit des informations sur une infraction de MarkMonitor, il transmet un avertissement à son client. Les messages d’avertissement peuvent prendre la forme d’e-mails adressés à une adresse e-mail enregistrée et d’alertes contextuelles intégrées aux sites Web. En d’autres termes, les FAI participants modifieront le trafic HTTP, en modifiant les pages Web que vous demandez et en insérant des alertes de notification.

Ce système a été baptisé «Six Strikes» car les abonnés recevront jusqu’à six alertes, chacune avec une gravité et des conséquences croissantes.

  • Première et deuxième alertes: Les abonnés recevront une alerte avec des informations sur la manière d’empêcher toute nouvelle activité de contrefaçon.
  • Troisième et quatrième alertes: Les abonnés recevront une alerte, mais devront cliquer sur un bouton de confirmation pour accuser réception de l’alerte.
  • Cinquième alerte: Les FAI peuvent utiliser des «mesures d’atténuation» contre l’abonné. Les vitesses Internet d’un abonné peuvent être temporairement réduites ou ils peuvent être redirigés vers une page d’information spéciale, les empêchant d’accéder à d’autres sites Web jusqu’à ce qu’ils contactent leur FAI pour discuter de la question. Les mesures d’atténuation exactes dépendent du FAI. Différents FAI auront des politiques différentes.
  • Sixième alerte: Les FAI doivent adopter des «mesures d’atténuation» s’ils ne l’ont pas déjà fait.

Si vous n’êtes pas d’accord avec une alerte que vous recevez, vous pouvez faire appel d’une alerte dans les 14 jours suivant sa réception. Il y a des frais de 35 $ pour chaque appel, mais vous serez remboursé si vous gagnez votre appel.

Contrairement à d’autres systèmes, comme la loi des «trois grèves», nommée de manière similaire en France, les contrevenants ne seront pas déconnectés d’Internet après la dernière grève. Les utilisateurs ne recevront plus d’alertes après le sixième.

Conséquences, quelles conséquences?

Tout le monde sait que «vous êtes absent» après trois frappes, mais que se passe-t-il après six frappes? La réponse, qui peut vous surprendre, n’est rien du tout.

Comme Jill Lesser, Directoire exécutif de la CCI, l’a expliqué dans un entretien:

«Nous espérons que le temps que les gens reçoivent les alertes numéro cinq ou six, ils cesseront. Une fois qu’ils ont été atténués, ils ont reçu plusieurs alertes, nous ne leur enverrons plus d’alertes, car ce n’est pas le genre de client que nous allons toucher avec ce programme. »

Après la sixième alerte, les abonnés ne recevront plus d’alertes. Cependant, ils peuvent toujours être poursuivis par les titulaires des droits d’auteur. Il s’agit du même risque qui existait avant la mise en place du système d’alerte sur les droits d’auteur.

Le programme vise à dissuader les «contrefacteurs occasionnels» et laisse d’autres types de contrevenants devant être poursuivis devant les tribunaux.

Seuls certains FAI participent

Comme nous l’avons déjà mentionné, les «six grèves» ne sont pas une loi comme la loi des «trois grèves» en France. C’est un programme privé que les FAI concluent volontairement avec des organisations telles que la RIAA et la MPAA. À l’heure actuelle, seuls cinq FAI participent: AT&T, Cablevision, Comcast, Time Warner Cable et Verizon.

Cox, Charter, CenturyLink, Sonic.net et de nombreux FAI de petite et moyenne taille ne participent pas. Cependant, d’autres FAI peuvent rejoindre le programme à l’avenir.

Ce que le programme ne cible pas

Bien que le système soit qualifié de «système d’alerte aux droits d’auteur», il ne cible en fait que les personnes téléchargeant du contenu contrefait à partir de trackers BitTorrent publics. Les pirates inconditionnels et les contrefacteurs occasionnels pourront éviter ce système. Les types de violation de droits d’auteur suivants ne sont pas ciblés pour le moment:

  • Regarder des émissions de télévision et des films téléchargés sur YouTube et d’autres sites vidéo par des utilisateurs non autorisés.
  • Téléchargement de contenu protégé par le droit d’auteur directement à partir de sites Web de type «casier de fichiers», et non de réseaux peer-to-peer.
  • Utiliser d’autres types de réseaux peer-to-peer, pas BitTorrent.
  • Téléchargement de torrents à partir de trackers BitTorrent privés.
  • Utiliser des VPN pour accéder aux torrents publics et enfreints.

Cependant, le programme peut cibler d’autres types de téléchargement non autorisé à l’avenir.

Qu’en est-il des entreprises?

Les entreprises utilisant des connexions Internet de niveau professionnel ne seront pas ciblées par le système d’alerte sur les droits d’auteur. Une entreprise proposant une connexion Wi-Fi publique ne verra pas d’alertes car certains de ses clients ont téléchargé du matériel non autorisé.

Cependant, les petites entreprises qui utilisent des connexions Internet grand public verront des alertes. Si une entreprise propose une connexion Wi-Fi publique via une connexion résidentielle, elle peut recevoir des alertes de droits d’auteur. Les FAI conseilleraient à ces entreprises de passer à des connexions plus coûteuses destinées aux entreprises.

Pour le moment, l’écorce du système est pire que sa morsure. Il ne cible qu’un type spécifique de trafic illicite et n’entraîne pas de sanctions très sévères. Cependant, au fil du temps, le système pourrait être adapté pour surveiller le trafic Internet des abonnés à la recherche d’autres types de téléchargements contrefaits et infliger des sanctions plus sévères.

Une chose est sûre: pour les Américains, télécharger du contenu non autorisé à partir de trackers BitTorrent publics est devenu une idée encore pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les meilleurs articles de Geek sur Microsoft Office

Les meilleurs articles de Geek sur Microsoft Office

Les 8 meilleures nouvelles fonctionnalités d’Android 4.1 Jelly Bean